Thos Henley

Thos_Henley-1

Votre premier album vient de sortir… quel effet ça fait?

C'est très difficile d’exprimer toutes les idées qui me traversent l'esprit... J'aimerais encore porter sur mon dos toutes ces chansons qui se sont accrochées à moi ces deux dernières années, et qui sont si importantes… Elles racontent mes pérégrinations depuis mon arrivée en France. Le moment me semblait venu de les partager, de les faire écouter afin de pouvoir tourner la page. Et d'aller vers de nouvelles chansons, inspirées d'autres aventures.

Quelles sont vos principales influences?

Elles varient tellement! Par exemple, aujourd'hui, j'ai lu dès le réveil un livre de Freya Stark (une incroyable conteuse de voyage) avec les clameurs du Marathon de Paris sous mes fenêtres! Puis est venu l'heure de skater avec Leonard Cohen sur New Skin for Old Ceremony dans mon Ipod. Enfin, j'ai joué de la guitare au bois de Vincennes. Si je devais préciser quelles sont mes influences, je dirais qu'elles viennent d'abord de cette routine quotidienne, de cette constante envie de bouger. Mais musicalement, le plus proche de mon coeur reste Leonard Cohen. Dès que j'ai su faire mon premier accord de guitare, j'ai même volé une petite pile de ses disques à ma première copine… C'est sa musique qui m’a le plus influencé, très loin devant les autres.

Pourquoi vous être installé à Paris?

Cela me semblait être la seule destination raisonnable. J'en avais assez de l'Angleterre, encore et encore… je devais m'en éloigner. Après avoir joué un peu partout en France et balancé mon passeport, j'ai décidé de rester dans ce pays qui m'a si gentiment adopté, dans des villes comme Sète, Antibes, La Rochelle... Paris m’a appelé: j'y avais un ami, Daniel, qui m'a hébergé dans son appartement alors que je jouais à côté de Notre-Dame. Ensuite, j'ai trouvé un autre apart, je suis tombé amoureux d'une Suédoise et je suis tombé amoureux de Paris. "Et voilà!". Il n'y avait pas d'autre choix que de rester, et depuis je n'ai pas connu un seul jour ou je me suis ennuyé! Ma jeunesse n’a jamais été aussi passionnante. Je sais que je reviendrai vivre ici plusieurs fois, tout au long de ma vie.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouver l'artiste sur son espace et sur Thos Henley





Comments: