Girls

Girls-Philippe-Mazzoni

CHRISTOPHER OWENS.

EPANOUISSEMENT. Ce nouveau disque a été une belle expérience. Grandir, devenir un adulte et apprécier les autres. Dans la vie tu as deux possibilités : soit tu ne vois que le mauvais côté des gens soit tu les prends tels qu’ils sont et tu partages avec eux au maximum. Finalement, tu verras qu’ils sont là pour t’aider aussi à te rendre heureux.

L'ENREGISTREMENT DE FATHER SON, HOLY GHOST. C'était sympa et assez facile. Pour le premier album, nous avions enregistré à droite et à gauche pendant un an. Je ne veux plus refaire ça, s'escrimer un an sur un album, enregistrer tous les instruments soi-même. Je peux être bon à certains trucs mais pas pour tout! C’est épuisant... Pour celui-ci, c'était trois semaines, point. Les musiciens sont excellents, les chanteuses aussi. C’est JR qui faisait l’ingénierie et moi les guitares, la voix et quelques choeurs. Je ne remplis que mon rôle. J’ai grandi avec la scène punk pour qui travailler avec un producteur relève de la trahison. Mais c'est faux. J’ai bossé avec des gens normaux qui aiment la musique et qui sont mes potes maintenant. Je n’aime pas ce dédain pour les professionnels.

SONGWRITING. C’est instantané, j’avance au rythme des idées. C’est aussi une façon de vivre, d'être prêt. C’est l’inspiration. La seule chose dont je suis sûr, c’est que chaque chanson est authentique, qu'elle vient du fond de mon coeur.

LA VIE DE MUSICIEN. Plus jeune, je ne savais pas trop à quoi m’attendre, mais j’étais assez réaliste. Je n'ai jamais voulu devenir les Guns'n'Roses. Je n’avais pas l’ambition d'être une rock star. Les jeunes qui viennent me voir pour me dire à quel point ils aimeraient être à ma place ne comprennent pas la difficulté que cela représente... C’est dur de maintenir aussi un groupe sans faire beaucoup de concerts de nos jours. Même si j’arrête ce métier, je continuerais d’écrire des chansons. Si je craque, je m’isolerai et écrirais des disques sans les éditer- juste pour les mettre à disposition des fans. Je pense que c’est une meilleure option que celle de Kurt Cobain...

MON QUOTIDIEN. Je ne pense pas qu’à la musique. J’habite près du parc du Golden Gate. Je m'occupe de mes plantes qui grandissent de manière très délicate. Je les cultive une heure au moins chaque jour. Je travaille sur ordinateur, j'écris à des amis... Puis je vais me promener au parc... Je lis beaucoup. J’adore Twitter, aussi, j’en suis obsédé! Je ne fais plus trop de concerts, sauf si j’adore le groupe. Ce que j'aime, c'est les spectacles de drag queens à San Francisco. C’est vraiment spécial. Même dans un petit bar, c’est tellement énorme que j'y vais au moins trois soirs par semaine!

LE BONHEUR, ENFIN? C’est vraiment la première fois que j’ai cette qualité de vie. Je vis depuis 6 ans à San Francisco, après avoir habité des années dans des dortoirs avec plein d'autres gens. Aujourd'hui, je vis chez ma copine, dans le même immeuble que sa mère. C’est vraiment bien. C’est presque une vie de famille.

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

 

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Girls





Comments: