Articles

Monogrenade

Monogrenade-Philippe-Mazzoni

JEAN-MICHEL PIGEON

COMPOSITE. Ce titre illustre bien le thème de l’album : la complexité humaine. Nous sommes la composition de tellement de paramètres, le bagage génétique, notre éducation, nos choix, notre entourage, le hasard... Je trouve que cette composition bien particulière à chacun est un peu comme le schéma de notre psychologie. 

GENÈSE. Nous l’avons envisagé un peu de la même façon que Tantale. Il n’y avait rien deprémédité, de préconçu. Un deuxième album est un moment important dans la carrière d’un groupe alors niveau ambition je pense qu’on espérait seulement ravir ceux qui nous écoutaient déjà ! Nous l’avons enregistré sur presqu’un an, contrairement à Tantale qu’on avait fait sur une courte période. Nous avons enregistré deux titres de passage à Paris, au Studio Lafrette. Le reste a été enregistré dans mon studio à Montréal, ce qui a permis à tout le monde de venir enregistrer selon son horaire. On a pu essayer plein de chose et prendre notre temps.

MONOGRENADE. Comme tout jeune groupe, j’aimerais beaucoup qu’on puisse défendre notre musique le plus possible. J’espère qu’on pourra créer encore et sans restriction financière. C’est tout de même difficile pour un groupe indie francophone de six personnes de faire des tournées et de se consacrer à la musique. Même si nous avons la chance de travailler avec des intervenants fantastiques ici et au Québec, le niveau de ressource et de soutien n’est pas toujours évident.
 
LE FUTUR ? J’ai peur qu’un jour tout le monde écoute la même chose. Une espèce de mondialisation menée par une économie qui oublie totalement la culture indie. J’ai peur qu’un jour on ne célèbre plus la différence et qu’on soit tous pareil. Mais bon... restons optimistes !

  

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace



Comments: