Articles

Grand Blanc

Grand Blanc-Philippe-Mazzoni

PREMIER INSTRUMENT.

BENOIT Une guitare classique à 99.99€ (si on ne compte pas les flûtes à bec de l'école et le cor de chasse avec lequel je saoulais tout le monde chez mes grands-parents.)

CAMILLE  Une harpe celtique. Elle est arrivée tout droit de Bretagne dans un carton que je trouvais immense car j'étais vraiment minus, et puis forcément j'en ai fait une cabane.

PREMIER AMOUR MUSICAL.

BENOIT La honte sur moi: un morceau de trans 90's paumé sur une compil NRJ Music sortie quand j'avais 10 ans... ou un truc comme ça. Je voulais avoir les cheveux bleus et j'ai confessé à mes parents mon amour de la techno... creepy!

CAMILLE C'est In the court of the Crimson King de King Crimson. J'avais seize ans et je découvraismalheureusement de façon simultanée - pour moi même et pour mon entourage - les joints, les vinyles, le rock progressif, Blaise Pascal et les films en noir et blanc. Et les très grosses écharpes.

PREMIER CONCERT.

BENOIT Un concert de punk à la Maison des étudiants du campus de Metz, j'avais troué mon jean en scred', pris ma planche de skateboard et j'ai failli me faire taper par un mec en djellaba parce que je lui avais dit que son peignoir était cool (la vérité, ma mère ne doit pas lire ça.)

CAMILLE Je crois que c'est Placebo au Galaxie d'Amneville, près de Metz. J'étais en quatrième, j'avais eu des places VIP dont je n'étais pas peu fière et qui m'ont laissé entrevoir la possibilité de la venue de Brian Molko près de la table où ils donnent des petits fours dégueus. Il n'est jamais venu, j'étais triste.

PREMIER DISQUE.

BENOIT Offspring, Americana, même période que le concert kepon! Si tu comptes les deux titres ça craint nettement plus, mais je me rappelle qu'avec mon frère on avait chopé Gangster moderne de MC Solaar et Simple et funky d'Alliance Ethnik et ça ça va, j'assume!

CAMILLE C'est mes parents : ils m'ont offert History, le double album de Mickael Jackson. Sinon j'ai acheté pas mal de deux titres au Cora. Comme Gala par exemple, ou les 3T.

PREMIER CONCERT (AVEC GRAND BLANC)

On a monté Grand Blanc il y a deux ans environs et on jouait au caveau des Trinitaires (la salle de Metz) avec un ancien, dont on taira le nom, qui nous a dit que la manie de mettre des synthés et des instrus nous passerait. Et que franchement du blues old school en guitare-voix, c'était plus sérieux. Merci mec! On ne t'a pas oublié, bientôt l'album acoustique! 

PREMIER FOU RIRE.

Ensemble? Un mémorable à nos débuts c'est le visionnage du show des gagnants de Incroyable talents en Inde, les India Warriors... Ca mange du néon et ça se roule dessus en moto. C'était aussi notre première session home studio chez Luc à Bertrange, on enregistrait Montparnasse alors on avait besoin de légèreté...

PREMIÈRE FRAYEUR.

Sûrement la fois où Benoît s'est fait étaler dans un bar au festival du Printemps de Bourges parce qu'il avait un imper de "pédé" qui n'a pas plu à de solides et gaillards toulousains... On n'était pas encore Grand Blanc, il était bourré, les mecs aussi et on avait joué devant trois personnes dont un chien: circonstances atténuantes! C'était flippant mais finalement il s'est réveillé comme une fleur et a sobrement déclaré qu'il devait aller pisser. Le sens des priorités, quoi!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez le groupe sur son espace 



Comments: