Gaspard Royant

Gaspard Royant-Philippe-Mazzoni-1

 

2014 a été magnifique. 10 Hits Wonder, que j’avais produit moi-même, est sorti en janvier. Je n’étais pas sûr de l'accueil qui lui serait réservé, mais il a été très bien reçu ! Mon groupe et moi-même nous avons été programmés sur des grandes scènes de festival. Nous avons alors touché un public bien plus large que je l’imaginais. Aujourd'hui, nous tournons dans toute l’Europe…

J’avais fait un EP très acoustique, afin de mettre le pied dans la porte : je n’avais pas d’argent, ni de musiciens qui pouvaient m’accompagner. On a pensé que je faisais du folk, mais c’était surtout par faute de moyens ! Ensuite, je me suis laissé le temps de réfléchir à ce que je voulais faire. L’idée des 45 tours me permettait d’aller plus vite, de sortir les chansons que je voulais sans devoir attendre des mois et des mois, et, surtout, d’enregistrer en analogique comme les groupes des années 50 que j’admire depuis si longtemps. Cette volonté m’a amené à Londres, et l’album est naturellement né de tous ces singles. J’ose croire, de manière naïve, avoir œuvré comme les artistes d’autrefois. J’ai commencé tout seul dans ma chambre, je n'étais ni satisfait de mon jeu de guitare, ni de mon songwriting, mais j’ai réussi à progresser.

10 Hits Wonder, je l’ai écouté un milliard de fois. Une fois que j’ai eu le recul nécessaire pour l’entendre sans penser à l’arrière-cuisine, je l’aime beaucoup ! Même si j’en vois des défauts : je suis déjà passé au deuxième album. Toutes les chansons sont prêtes, afin de paraître fin 2015, car j’aimerais garder un rythme soutenu… Sans pour autant dépayser mon public. Ces derniers mois, j’ai écouté beaucoup Sam & Dave, Wilson Pickett, Otis Redding, de la Northern soul… Et cela a sans doute influencé mon prochain disque.

Ce style, cette esthétique, c’est parce que j’avais envie d’être bien habillé. J’en avais toujours envie, mais je n’avais pas osé jusqu’ici. Quand je fais un concert, c’est comme si j’allais à mon mariage, il s’agit d’apparaître sous mon plus beau jour. Un concert, c’est une cérémonie. Cela ne doit pas être banal... La musique que j’aime, c’est celle qui fait le show !

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace



Comments: