Giana Factory

Giana Factory-Philippe-Mazzoni

LISBET, LOUISE & SOFIE

Comment vous êtes vous rencontrées ?

En école de musique. Nous avons mis beaucoup de temps à trouver notre mode d'expression. Nous sommes passés par beaucoup de genre de chansons, de sons, nous avons essayé une tonne d'instruments... Et Giana Factory a enfin vu le jour. 

Pour vous, qu'est-ce faire de la musique ?

Sofie: Pour moi, un musicien est quelqu'un qui ne pense qu'à écrire des chansons et à composer des mélodies. Quel que soit son niveau.
Louise: Je ne joue pas vraiment d'instrument autre que ma voix, je me considère plutôt comme une auteur plutôt qu'une musicienne. J'ai l'impression que je dois évoluer encore... Et tant mieux !
Lisbet: À 10 ans, j'ai réalisé que je ne pouvais pas vivre sans faire de la musique et j'ai donc fondé mon premier groupe.

Votre premier amour musical ?

Sofie : Brian Eno. 
Louise: Lenny Kravitz.
Lisbet : Led Zeppelin.

Que vous a apporté l'expérience de votre premier album ?

Avec Save the Youth, nous avons appris sur le tas. Nous avons été musiciennes, techniciennes et productrices au fil des étapes. C'était indispensable pour nous qui souhaitions être indépendantes. 

Quelle est l'histoire de Lemon Moon ?

Il fallait garder les chansons aussi pures que possible. Avec notre producteur Anders Trentemoller, nous avons visé un son à mi-chemin entre l'analogique et l'électronique. L'album est une sorte de voyage, de passage vers l'inconnu. C'est aussi pourquoi nous avons appelé l'album Lemon Moon ; la lune est en constante évolution et d'après nous, il existe une relation mystérieuse entre la lune et le citron. L'échelle est très différente, mais leur forme et leur couleur sont similaires. Cela joue sur notre perception de ce qui est irréel ou pas...

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace 



Comments: