Marie Flore

Marie Flore-Philippe-Mazzoni

 

POURQUOI LA MUSIQUE. J'ai commencé par faire de l'alto au conservatoire, pendant 8 ans.Puis j'ai arrêté, parce que l'enseignement ne me convenait plus. J'ai commencé à écrire des textes, en français, puis en anglais... Et puis par jouer sur la guitare de ma mère... En autodidacte. Je n'ai pas vraiment fait le choix un jour de "faire de la musique", une rencontre m'a amenée à ne faire plus que ça. C'était assez naturel !

MARIE-FLORE.Je n'ai jamais été fan des noms en "The"ou "Le".. Je ne me suis jamais vraiment posée la question. C'est mon projet, du coup, je ne voyais pas me donner un pseudo... pseudo !

ANGLOPHONE. L'anglais a toujours été une évidence. C'est ma culture musicale, et puis, je m'amuse beaucoup avec.C'est ludique, et je crois que cette langue éveille ma curiosité : sa sonorité, son côté qui peut parfois paraître équivoque, direct, quand on la parle, mais très poétique quand il s'agit de la chanter ou d'écrire.

PETER DOHERTY. Singulier... Je suis partie ouvrir pour lui en tournée, et le 2 ème jour, je crois qu'il a du assister à mes balances, il a réclamé à me voir pour qu'on se rencontre et qu'on joue ensemble. Du coup, on a joué un titre sur scène les soirs suivants ! On a refait pas mal de dates par la suite. C'est quelqu'un de très sensible, de très inspirant.

INSPIRATION. Pour les accords, je t'avoue que je n'ai aucune idée de ce que je joue sur ma guitare.. Ce qui fait s'arracher les cheveux des gens avec qui je travaille.. (Robin Leduc, réalisateur de l'EP, nldr) Ce n'est pas vraiment une question de curiosité, je crois que je n'ai pas vraiment envie de casser le rapport que j'ai avec ça, le truc magique, et puis faire des calculs sur quel accord irait mieux avec l'autre... Cela n'est pas excitant. Pour les textes, bien souvent je m'inspire de ce que je vis. Pas mal de ce que je fantasme aussi...

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotify



Comments: