Efterklang

Efterklang-Philippe-Mazzoni-1

 

CASPER CLAUSEN: Tout a commencé a en 2010 lorsque nous avons reçu un email d'un directeur de production suédois qui voulait faire une vidéo a Piramida. Et nous avons tout de suite été fascinés par cette ville fantôme. Nous avons demandé l'autorisation au gouvernement russe, nous avons du nous caler sur une chaîne de télévision allemande qui partait faire un reportage là-bas. Cela a été compliqué mais nous y sommes arrivés. Une fois là-bas, une évidence s'est imposée:   la nature domine l'homme, quoiqu'on puisse en penser. Piramida n'est pas un endroit pour lui. Personne, d'ailleurs, n'y est né ou enterré.

 

La musique, nous ne savons jamais où elle va nous mener. En prenant un peu de chaque instrument, nous créons une espèce de sculpture. Nous sommes arrivés à Piramida vierges de tout, et nous avons capté, au fur et à mesure, l'ambiance et le son qui pouvait aller avec. L'idée de départ étant de faire un album pop, que l'on peut écouter facilement, même sans savoir ce qui s'est tramé derrière. 

 

Piramida est étrange car tout comme la ville où il a été conçu, il parle de fantômes. Mais chez nous, ce sont ceux de nos amours brisées, de nos difficultés de couples. Un peu comme si Berlin ou Paris ou New York, soudain, se vidait de leurs habitants. Un chagrin d'amour, c'est à peu près ça pour nous.


Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:6IsCOalvnAxZbDseDoG1ep1

 



Comments: