Aline

Aline-Philippe-Mazzoni

 

Pouvez-vous nous raconter votre rencontre, la genèse d'Aline?

ROMAIN: Aline est à la base un projet solo, un side project d'un autre projet, Dondolo. Il s'est construit par dépit, au fond d'une ancienne salle de cinéma d'art et d'essai abandonnée. Comme souvent lorsqu'on fait des choses sans ambition particulière, sans pression, les choses coulent d'elles même. Aline (Young Michelin à l'époque) a commencé à intéresser, interpeller pas mal de monde et on a commencé à me proposer des concerts. J'ai donc rappelé les copains qui jouaient avec moi dans Dondolo pour former le groupe. Ils ont accepté et vogue la galère ! 


Et d'ailleurs, pourquoi s'appeler Aline? (un rapport avec Christophe..?!)

 

ROMAIN: Au départ on s'appelait Young Michelin, et puis le fabriquant de pneumatique s'est mis à nous chercher des noises... Alors il a fallu changer. On a choisi Aline car c'était la ville d’où étaient censés être originaires les membres de Young Michelin... C’est doux et un peu suranné comme prénom, pas très à la mode. Et puis quatre garçons qui s'appelle Aline, c'est assez singulier.

 

Regarde le ciel, palme du plus beau nom d'album de 2013. "Obscène", "Maudit garçon"... Les titres sont d'une efficacité redoutable chez vous, on sent un vrai rapport au mot... 

 

ROMAIN: J'ai une vague idée du thème que je vais aborder dans mes chansons et souvent les choses se décoincent quand je trouve le titre. Ça dégage l’horizon. Souvent le titre conditionne le thème et les paroles, et il m'arrive fréquemment de trouver le titre en premier. Sur l'album ils sont du genre frontal, assez simples, relativement percutants et, mis bout à bout, ils racontent une histoire. Au départ je voulais que chaque titre soit en un seul mot, "Les copains", "Obscène"... Car ça laisse beaucoup de place à interprétation, un mot ça ne donne pas beaucoup d'information et c'est en même temps ultra précis. Je n'ai pas tenu jusqu'au bout ! 

 

Pour vous, quelles sont les qualités que doit absolument posséder une parfaite pop song?

ROMAIN: Une bonne pop song doit être relativement courte et engendrer la frustration. Quand elle se termine, on n'est pas rassasié, il nous en faut encore, alors on la remet au début et on l'écoute encore et encore jusqu'à ce qu'on arrive à satiété. Un truc qui rend addict instantanément. Elle doit aussi pouvoir se danser, se pleurer, se rire, se battre, provoquer tout un tas d'émotions fortes.

ARNAUD: Selon moi, une parfaite pop song doit savoir rester simple, immédiate,  catchy mélodiquement et véhiculer une sorte d'universalité dans les textes... Quand tous ces éléments sont réunis, pour moi c'est gagné .

 

Et les défauts qu'elle ne doit pas avoir?

ROMAIN:l’absence de mélodie forte, une construction boursouflée et prétentieuse, l'impression de déjà entendu mais en mieux, ne rien raconter voilà les parfaits ingrédients d' une chanson pop ratée, ratée et inutile. Un tas de sons informes et sans âme,  qui tourne à vide. Il y en a beaucoup malheureusement... 

 

ARNAUD: A l'inverse, la complexité d'un structure  calculée, l'excès de production ou d'images dans les paroles... Au mieux,  ça brouille le message. Au pire, ça sert de cache misère à une mélodie trop pauvre... Une bonne pop song doit pouvoir fonctionner juste avec une guitare et une voix. 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:14Ke3oww1ADYF8QGMrUvnE1



Comments: