Pitchfork #2 Live Report

Pitchfork 1-1
Pitchfork 2-1
Pitchfork 2-2
Pitchfork 2-3
Pitchfork 2-4
Pitchfork 2-5
Pitchfork-1
Pitchfork-3

Du jeudi 1er novembre au samedi 3 novembre, la Grande Halle de la Villette fut en ébullition - malgré des températures frisquettes assez tenaces. Bandes Sonores vous livre quelques moments choisis de la seconde édition de cette manifestation déjà très courue de par le monde - au Pitchfork festival, on parle français et anglais... Comme les artistes de cette jolie programmation, dont le gros défaut a été des créneaux horaires parfois fantaisistes, et des choix peu compréhensibles. Fuck Buttons à 23h, avant Animal Collective, pourquoi? Mention spéciale pour ces derniers. Souvent décrié par nos confères, le show d'Animal Co nous a pourtant absorbé grâce à son psychédélisme d'une autre dimension. Cette année, le prix de l'élégance va tout droit aux impeccables Walkmen. Pour le reste, il suffit de lire les légendes de chaque photo en cliquant sur read more... 

 

Pitchfork 1-1

Notre gourou préféré a su transporter le public (surtout francophone), tant par les mélodies contagieuses de ces hymnes pop que par son humour au 15e degré - au moins. Sébastien, on t'aime!

 

Pitchfork-1

L'Espagnol a convaincu (aussi bien ses admirateurs patentés que les néophytes) lors d'un set dont l'électro a su réchauffer la froideur de la Grande Halle. 

 

Pitchfork 2-1

George Lewis Jr, alias Twin Shadow, a de plus en plus d'assurance sur scène, et l'a prouvé samedi soir, lors d'un show sexy et remuant. 

 

Pitchfork-3

James Blake était très attendu, et n'a pas déçu. Les mélopées pop de ce musicien perfectionniste et introverti sont toujours aussi trippantes et absorbantes sur scène.

 

Pitchfork 2-2

Ils sont fous, ces Liars. La preuve avec un concert déjanté, virevoltant et enthousiasmant. Par ses singeries scéniques et sa vidéo absurde, le trio alège à sa manière son rock très alternatif. 

 

Pitchfork 2-3

Death Grips, ou le hip-hop brut de décoffrage. Ca balançait sec (et très très fort) à la Villette avec ce flow sombre et prompt à la bastonnade.

 

Pitchfork 2-4

Breton, le groupe Londonien dont toutes les jeunes filles rêvent, mené par le charismatique et francophile/phone Roman, n'a peut-être pas livré son meilleur concert à ce jour mais on ne leur en voudra pas: ça reste toujours rafraîchissant...

 

Pitchfork 2-5

La cerise sur le gâteau, the icing on the cake, le meilleur pour la (presque) fin: Grizzly Bear s'est montré envoûtant, d'un élégance rare, à la fois compelxe et accessible... Un vrai tour de magie musicale. Bravissimo.

 

 

Texte: Sophie Rosemont Photos: Philippe Mazzoni

 

 

Comments: