Jason Lytle

Jason-LytlePhilippe-Mazzoni

 

 

SKATEBOARD. Hé oui, j'en fais toujours. Tous les ans, je me dis que je devrais arrêter. Mais non, cela m'amuse toujours autant. Donc je continue à aller en skateparks avec mes vieux copains.  

 

MELANCOLIE. Il y en a toujours un peu dans mes chansons. C'est quelque chose avec laquelle je suis née, et qui accompagne, je pense, n'importe qui d'un peu perdu dans notre monde moderne.  Mais il y a aussi cette énergie née de l'équilibre que j'ai trouvé à vivre à la montagne, en passant du temps dehors, avec des amis... Et aussi chez moi, seul - ce que je préfère!

 

DEPT. OF DISAPPEARANCE. Cet album m'a pris un an et demi. Je l'ai enregistré dans mon home studio, presque entièrement tout seul. Piano, synthé, batterie, boîtes à rythme, guitares électriques et acoustiques, dictaphones et ordinateurs... Tout ça lié à l'image de l'hiver qui se passait dehors, avec son blizzard et sa neige incessante. 

 

MONTANA. Maintenant que j'y vis, j'en profite un maximum. Je fais du ski, de la randonnée, de la course, du skateboard. Je range ma maison, je promène mon chien, je profite de ma copine. Et je fais de la musique. L'essentiel, quoi.

 

SOLO. Oui, je compte bien continuer à faire des disques sous mon propre nom, quitte à les presser et les vendre moi-même s'il le faut.

 

GRANDADDY. Nous nous sommes bien plu sur la tournée de l'été dernier. Nous n'avons pas toujours été au top lors des concerts, mais nous nous en sommes toujours bien sortis. C'était super de rejouer ensemble... Mais pour l'instant, c'est tout! Et c'est déjà bien, non?

 

 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4HiAcqz5KGSLzv8ztNWBS71



Comments: