Chateau Marmont

Chateau Marmont-Philippe-Mazzoni


GUILLAUME DE MARIA.

CHATEAU MARMONT, car nous cherchions  un raffinement à la française un peu mode, mais avec le côté dégueu du Chateau Marmont...

GENÈSE. On se connaît de longue date, du sud ouest... Il y a 10 ou 15 ans, on était dans des groupes post rock, noise, hardcore... Petit à petit, tout ce petit monde est arrivé à Paris, et l'idée de faire un groupe ensemble a germé. Quelques concerts, quelques démos, des premiers titres à l'époque de Myspace. Rien de très sérieux, mais, au bout d'un moment, nous nous sommes attaqué à un 4 titres, et le label Institubes s'est rapidement intéressé à nous. Nous étions surpris de rencontrer des directeurs artistiques aussi compréhensifs. Résultat: Solar Apex en 2008, puis Nibiru en 2010. Pas mal de remixes entre les deux maxis, puis Institubes a fermé. Aujourd'hui, nous avons monté notre propre label et avons signé en licence chez Arista.

THE MAZE. Il s'est fait de manière chaotique. C'est un faux premier album, car les deux premiers maxis étaient déjà très complets. Nous n'avions pas de ligne directrice. D'abord, nous avons planché dessus dans un premier studio, trop petit. Puis une maison en Bretagne d'un ami, pour se mettre en vase clos pendant 15 jours et voir ce qui allait en sortir... Ca n'a absolument pas marché, mis à part un titre! À partir de là, nous avons repris le rythme de l'enregistrement quotidien en studio. Avec tout ce que ça peut apporter comme doutes au sein du groupe... Chaque morceau a vécu vingt versions. Nous sommes très, très pointilleux. Entre temps, nous nous sommes séparés d'un membre, nous avons fait des aller-retours aux Etats-Unis. Nous finissions par nous dire qu'on allait jamais y arriver. Et puis il y a eu le déclic: nous avons trouvé notre son, notre style.Complètement indépendants. Pas de producteur, de mixeur, on y a pensé pour prendre du recul. On ne se sentait pas forcément de confier des années de travail, de les soumettre à un jugement rapide. Espèce de Vietnam pour nous.

Il y a des morceaux pops, et des morceaux plus instrumentaux, plus bizarres, plus planants... Avant, nous travaillions comme des musiciens électroniques ou des remixeurs: en partant du rythme. Là, c'était à partir des mélodies, de l'atmosphère, du chant. 

INFLUENCES. Les grands axes, ce sont les pionniers de la musique synthétique allemande des années 70, les japonais du début des 80's. Nous sommes aussi des très gros fans de la musique californienne de studio de la fin des seventies. C'est hyper riche.

Avec le temps, nous avons appris à savoir ce que nous voulions, il n'y a pas toujours besoin de se dire les choses pour se comprendre. Nous n'avons plus 20 ans, et avons chacun une vie personnelle. Nous avons trouvé un bon équilibre.

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:6UpYl9kkogQ9urVjHcj5GH1



Comments: