Hooray for Earth

Philippe_Mazzoni_Hooray-for-earth

NOEL HEROUX: On s’est rencontré à 13 ans, on a joué dans des tas de groupes de merde. Hooray for Earth a vraiment commencé en 2006. J’enregistrais toujours des trucs chez moi, en mode DIY. On faisait des trucs sans que rien ne sorte vraiment... Boston ne m’a jamais réussi. Jusqu'à 2007 où j’ai rejoint ma copine à New York. Cela m’a mis dans le droit chemin. C’est cette ville qui a permis de vraiment commencer le projet.

Le simple fait que ce soit la première fois que je sois ici, à Paris, que je puisse envoyer des photos de la Tour Eiffel à ma mère et que tu me poses des questions sur mon travail, c’est énorme. Tout ce qui m’arrive, je le prends comme un cadeau.

Quand on a écouté l'album pour la première fois, on était dans notre van, on s’est marré en se disant: "p..., on a fait un disque les gars!" Et dans le van, le son est pourri. C’était terrible et génial à  la fois. Je ne conduisais pas cette fois là. Heureusement. La musique...m’enivre tellement! C’est incontrôlable. L’amour, le vrai, c'est la perte de contrôle. Ce n’est peut-être pas l’album parfait, mais c’est vraiment un album où j’ai perdu le contrôle... comme en amour.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


 

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotify




Comments: