Waters

Waters-Philippe_Mazzoni


Pourquoi avoir créé ce nouveau projet, Waters?
VAN PIERSZALOWSKI: Je savais que je devais aller vers une nouvelle direction si je voulais continuer à faire de la musique. Après plusieurs années sur la route, Port O’Brien était devenu insoutenable et j'avais désespérément besoin d'un nouveau départ. Je souhaitais faire quelque chose uniquement par moi-même, afin d'être plus libre de créer exactement ce que je voulais.
John Congleton a produit votre album. Comment ça s'est passé?
C'était génial. John a fait certains de mes disques préférés de ces dernières années, comme les deux derniers Bill Callahan et le nouveau Walkmen... C'était le première fois que je travaillais avec un producteur. Et j'étais tellement dans mes chansons qu'il me fallait absolument un outsider pour me dire ce que je pouvais et devais améliorer!
Plus abrupt que vos précédents disques avec Port O'Brien, Out in the Light semble être influencé par le grunge…
Pour cet album, je voulais un son plus lourd, plus massif... Quand je suis allé en studio avec John à Dallas, j'ai acheté le disque d'In Utero de Nirvana. Il a été une sorte de guide sprituel tout au long de l'enregistrement. John a jadis travaillé avec Steve Albini, donc il savait comment manager certains effets de batterie. Nirvana, Sonic Youth, Dinosaur Jr., Sebadoh font partie de mes groupes préférés. Leurs vibes se rapprochent de celles de Out in the Light.

En écrivant ce premier album solo, quelle était votre principale ambition?
Je voulais faire un vrai disque de rock qui soit aussi intense émotionnellement. J'ai l'impression que beaucoup de groupes indie d'aujourd'hui ont peur des grosses batteries car ils auraient l'impression de sonner cheesy, mais c'est important de récupérer cet aspect du rock, loin de la musique dite "rock" horrible qui passe à la radio. Et puis, tout simplement, je souhaitais faire un disque dont je serais fier, et que je pourrais jouer en live des années durant.


Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Waters




Comments: