Midi Festival, jour 3

Changement de décor pour ce dimanche bleu et jaune : cette fois-ci, les concerts du soir ont lieu à l’hippodrome de Hyères. Si Holy Shit peinz à trouver son équilibre sur cette scène trop grande pour lui, Mazes s’acquitte avec bravoure de la tâche, ô combien délicate, d’ouvrir les hostilités face à un public loin d’être au complet. Son grunge anglais (si, si !) fonctionne plutôt bien.

Avant Primal Scream, Frankie & The Heartstrings se donnent à fond, mené par un Frankie qui nous rappelle le flamboyant Jonathan Pierce des Drums. En plus britannique, bien sûr. Enfin, le groupe de Bobby Gillespie s’est montré sous son meilleur jour : généreux, efficace, mais toujours un peu fragile… Comme on l’aime. C’est ainsi que Primal Scream a fermé les jolies pages du Midi Festival.

Rendez-vous l’année prochaine à Hyères...

Midi_fest._3-1

Midi_fest._3-8

FRANKIE & THE HEARTSTRINGS

Comment décrire votre musique ?

FRANKIE FRANCIS: Toutes nos chansons parlent de nos vies, des bons et des mauvais moments. C’est très naturel pour nous d’exprimer nos personnalités. Notre album est un album avant tout honnête.

Vous avez enregistré votre premier album, Hunger, avec Edwyn Collins. Un parrain exceptionnel...

MICHAEL MCKNIGHT : Des guitares des années 20, dans une vieille maison anglaise, avec des peintures de dames chinoises au mur… Il est tellement drôle. Il nous ressortait sans cesse des B-sides improbables des années 60… Musicalement, il est obsessionnel, c’est génial.

FRANKIE : Il nous a mis à l’aise, on en oubliait même qu’on enregistrait un album. C’était une expérience très, très plaisante.

Frankie, vous êtes très exubérant sur scène. Cela a toujours été comme ça ?

FRANKIE : Nous avons grandi au son du punk, ça marque ! Au fil du temps, les gens connaissent de mieux en mieux nos chansons, et nous nous améliorons à chaque concert. Je suis très heureux de cette vie. Nous sommes devenus des musiciens à plein temps, c’est désormais notre travail. Nous devons donc encore progresser, et tout donner. Qui peut se plaindre de parcourir le monde en vivant de sa musique ?

De quoi viviez-vous auparavant ?

FRANKIE : Je vendais des fringues dans un magasin, j’ai été barman. C’était très, très chiant.

MICHAEL : J’étais professeur dans une école pour élèves difficiles, qui s’étaient tous fait virer de leur ancienne école. C’était plutôt difficile… Pour rien au monde je n’y retournerai !

Quels sont les artistes que vous souhaiteriez voir sur scène ?

MICHAEL : Primal Scream !

FRANKIE : Pour n’importe quel groupe anglais, Jesus & Mary Chain et Primal Scream sont des icônes indétrônables. Nous ne les avons jamais rencontrés, et je pense que nous allons tout faire pour devenir leurs meilleurs amis ce soir!

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Frankie & The Heartstrings

Midi_fest._3-2

Midi_fest._3-4

MAZES

Comment vous êtes vous rencontrés ?

JACK COOPER: Jarin et moi étions amis, il vivait à Manchester et moi à Londres. Nous avons eu cette étrange idée de démarrer un groupe, de faire des chansons ensemble. Mais c'était surtout un hobby. Notre attitude est toujours plutôt fun, et les gens ont réagi positivement. Quant à Neil, il faisait partie d'un groupe à Manchester et il nous a écrit une très jolie lettre de candidature… Nous n'avons pas résisté. Un beau jour, nous avons joué à Londres. C’est comme ça que tout a commencé pour nous.

A quoi ressemble votre musique ?

JACK: On peut avoir le sentiment que ça sonne comme de la musique pop, mais on réalise progressivement qu’il y a aussi beaucoup de tristesse.

JARIN TABATA: Je trouve que c’est plutôt emmerdant quand c’est exclusivement l’un ou l’autre. Alors nous faisons les deux.

Peut-on dire que vous êtes un groupe de Manchester ?

JACK: Non, pas vraiment. Seulement deux d’entre nous viennent de là-bas. Je suis originaire de la lointaine banlieue…

Heureux d’être ici ?

Nous sommes en vacances car nous avons pris des jours de congés pour venir. Donc plutôt heureux. Je bosse dans une boîte vidéo, Conan dans un bar, Jarin dans un magazine en tant que graphique designer. Et Neil fait des essais médicaux… comme Axel Rose ! Mais c’est légal.

Quel concert avez-vous le plus apprécié ?

Dirty Beaches, sans hésitation.

Voir Primal Screan ce soir, ça vous fait quoi ?

Screamadelica, c’était un super album quand j’avais quelque chose comme 11 ans, ouaouh, c’était en 1991 ou quelque chose comme ça. Entre Kevin Shields et Gary Mani, il y a de quoi faire niveau pointures…

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Mazes

Primal_Scream

Midi_fest._3-12

Comme disent les Anglais, "the icing on the cake": PRIMAL SCREAM.

 

Texte: Sophie Rosemont Photos: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Primal Scream

Comments: