Severin_1a

Mon univers musical en quelques mots?... C'est très difficile comme exercice ! Sans trop réfléchir, je dirais: énergique, mélancolique, mélodique, spontané, INCROYABLE ?! (à prononcer en marquant bien les espaces : IN----CROY----YABLE, puis redire le mot dans son intégralité).

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Séverin


AboutGroup

 

 ALEXIS TAYLOR : Je suis très fier de cet album. On peut écouter les tensions sonores, on nous entend vraiment jouer. Il reste facile d'accés, et certains ne remarquent sans doute pas toute sa part d’improvisation! Notre objectif, c’est d’être compris aussi bien dans un langage fleuri qu'en étant hyper direct...

JOHN COXON : A titre personnel, ce sont les disques les plus complexes qui retiennent mon attention. C’est bien de se sentir à l'aise quand on écoute de la musique, mais pas trop non plus!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouvez l'artiste sur son espace et sur About Group

 

TwinShadow

GEORGE LEWIS JR.: J'étais tellement libéré à la fin de l'enregistrement de Forget! C'était une expérience sacrée, comme sur scène, à la fois excitante et effrayante! J'étais heureux de l’écouter, et j'avais hâte de laisser les gens l'expérimenter, quitte à essuyer des critiques. Je suis avant tout ravi que l’on s’intéresse à mon travail et j'ai décidé de prendre les choses comme elles venaient.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Twin Shadow


MilesKane1

Je ne veux pas suivre la mode, je veux suivre mon instinct. Cela a pris du temps pour faire cet album, pour compiler ces chansons. Je les voulais parfaites, fortes, je voulais qu’elles sonnent juste. Gruff Rhys m'a beaucoup aidé. Je fredonnais un air, il le continuait, et la mélodie se faisait toute seule..
Quand on y pense, le rock, c'est comme un groupe dont tout le monde peut faire partie.
Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Miles Kane



Fitz__The_Tantrums

MICHAEL FITZPATRICK: Tout a commencé quand j'ai eu, un beau jour, le coeur brisé. Ce qui m'a rendu particulièrement créatif, comme à chaque fois que je suis dans une mauvaise passe... J'ai écrit "Breakin’ The Chains Of Love" lorsque j'ai récupéré par hasard un orgue d'église, un instrument hanté par les fantôme et les esprits. Tandis que je jouais ce morceau, j'ai réalisé que quelque chose se passait... Qu'il fallait faire un groupe avec une chanteuse incroyable, du saxophone et des guitares au diapason!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Fitz & The Tantrums


BrokenBells1

JAMES MERCER : Existe-t-il un moment où l'on se dit: "je dois être musicien"? Je ne crois pas...

BRIAN BURTON : Pour ma part, j’avais au moins 18 ans. Et je ne savais pas quoi faire d’autre. Je savais juste vouloir devenir artiste, si l'on peut dire, mais comment ?

JAMES MERCER : En fait, nous n’étions pas décidés à devenir musiciens.

BRIAN BURTON : Cela devait arriver, c'est tout...

JAMES MERCER : C’est comme quand tu es dans l’avion, quand tu indiques ta profession sur la fiche de renseignements. Tu indiques "musicien", et voilà! Je pense que c’est à ce moment-là que ça se décide.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Broken Bells

Metronomy2

JOSEPH MOUNT: Pour un album, tu dois partir avec une idée d'atmosphère en tête. Cela doit te guider tout au long de l'enregistrement, même si le projet évolue et se transforme au fil du temps.  Sinon, tu restes figé, et tu vas droit dans le mur. Pour The English Riviera, le titre veut tout dire et c'était le point de départ idéal du disque. A priori, l’office du tourisme de Torquay a été  hyper sollicité depuis que Metronomy existe... même Google s’y perd!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez le groupe sur son espace et sur Metronomy


FujiyaMiyagi2

DAVID BEST: La musique doit aussi bien refléter que détourner notre quotidien et nos propres certitudes. Sinon, cela n'en vaut pas la peine.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Fujiya & Miyagi


RaphaelSaadiq

Je ne rentre pas en studio avec une idée en tête. C’est comme un rêve éveillé. Tu veux rendre ta guitare plus agressive pour rendre ton album encore plus dansant. Pour faire rocker encore plus et faire danser encore plus!

En studio, ce n’est pas pour voir les visages s’illuminer que tu travailles. Quand tu approches le microphone, c'est pour toi que tu dois jouer, il n’y a personne d’autre au monde. Tu essaies, tu recommences, ou tu te laisses aller....Tu dois sortir ce que tu as ce que tu as dans le ventre.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Raphael Saadiq


DavidSitek

S'exciter parce que le chanteur de Bloc Party ou moi nous nous sommes mis à la dance music, quelle stupidité! Ceux qui ont critiqué Kele Okereke sont des sombres connards. C'est à cause de ce genre d'enfoirés que le rock indie est devenu de la merde... de la merde en barre! Que les gens aillent se défouler sur les banques, par exemple, sur des choses qui méritent qu'on s'énerve à leur propos.

La musique est faite avant tout pour être ressentie - viscéralement, physiquement. Ma stéréo, c'est ma métaphore de la vie: c’est tellement énorme et fort que tu n’entends que ça!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Maximum Balloon

 

AlelaDiane3

 

Je crois aux esprits, aux vibrations, bonnes ou mauvaises. Mes parents sont hippies, et m'ont élevée dans le respect du passé, des personnes qui n'existent plus - du moins physiquement. Cette éducation m'a réussi... même si ma maison est remplie de vieilles choses absolument sans intérêt! Je ne peux pas m'en séparer, c'est plus fort que moi...

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Alela Diane

 

Cascadeur

En faisant ce que je fais, le visage dissimulé en permanence, mon ego en prend un coup. Sur scène, je suis important, et quand j’enlève mon costume, je redeviens un anonyme : les gens parlent de Cascadeur juste à côté de moi sans savoir qui je suis... dans deux ans, je serais peut-être complètement fou !

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Cascadeur

thepainsofbeingpureatheart

PEGGY WANG: J'aime regarder la télé, surtout les comédies romantiques des 90's comme Clueless, des trucs de lycéens...

KIP BERMAN: J'aime boire du café, jouer de la guitare, manger des bonbons en regardant des documentaires sur Iggy Pop, à aller à d’autres concerts. Et on aime tous les deux les fan-clubs d'ados, comme Kurt Cobain.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et sur The Pains of Being Pure At Heart

aloeblacc


J’ai vraiment besoin de ressentir ce que j’écris. Je veux m'investir à ma façon, car les êtres humains sont les meilleurs sujets au monde. Il faut leur transmettre de l’émotion, les amuser, les entraîner, surtout lorsqu'ils traversent des périodes difficiles... Il y a eu de tout temps des crises économiques. Dans l’Egypte ancienne, il y avait les esclaves hébreux. Dans l’Amérique de jadis, c’était les esclaves africains. Aujourd’hui, la crise creuse d’avantage le fossé entre pauvres et riches, qui continuent à construire des pays sans se soucier de ceux qui n’ont pas de toit au dessus de leur tête. Eux ne risquent jamais de perdre leur maison, leur éducation, leur santé… C'est cela, l'injustice.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouvez l'artiste sur son espace et sur Aloe Blacc

 

Mogwai

MARTIN BULLOCH:

Pourquoi ce titre absolument génial de votre huitième album, Hardcore Will Never Die, But You Will?

Le nom de l'album est venu d'un de nos amis, James, le batteur du groupe de rock action Errors. Un soir où nous allions à l'épicerie du coin, il entendu des gamins de la rue s'en prendre au gérant de la boutique. Il refusait de lui vendre de l'alcool parce qu'il était trop jeune. L'un des garçons lui hurla: "le hardcore ne mourra jamais, mais toi, oui!" Je pense que c'est une référence à la très mauvaise techno qu'écoute les "neds" de Glasgow...

Mogwai, ce sont des frères, des amis, des collègues?

Nous sommes tous ça à la fois. Lorsque nous avons monté Mogwai, nous nous connaissions pas vraiment, nous n'étions pas encore devenus de véritables amis. Après toutes ces années passées ensemble, nous ressemblons plutôt à une famille. En fait, j'ai passé plus de temps avec ces mecs qu'avec ma propre famille! Je ne pense pas que le groupe serait là aujourd'hui si nous n'étions pas amis. Quand nous revenons d'une année de tournée, nous sommes encore capables de passer du temps ensemble! John, Stuart et moi nous allons à des matches de foot des Celtic, l'équipe de Glasgow... C'est presque étrange d'être aussi proches... mais c'est génial!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouver l'artiste sur son espace et sur Mogwai