The Bewitched Hands

The Bewitched Hands-Philippe-Mazzoni

  

Vampiric Way s'est enregistré en trois mois, contrairement au premier où nous avions mis... trois ans! Nous avons hâte de le voir sortir... Le visue sombre et coloré à la fois, c'est parce que nous aimons ce côté psychédélique, bizarre, voire mystique. Pour la fabrication de l'album, rien n'a changé: chacun ramène ses morceaux, et puis tout se met en place. Mais cette fois-ci, nous avons travaillé avec Julien Delfaud, il nous a beaucoup aidé, et nous a permis d'accélérer un peu le rythme de l'enregistrement, qui s'est fait dans la bonne humeur. Les morceaux sont comme un coup de frais pour nous, nous sommes ravis de les jouer et nous espérons qu'ils vivent plusieurs vies!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:2WUzxwiCjZSJwIQ6g57unn1

Read more: The Bewitched Hands

Cheek Mountain Thief

Cheek mountain thief-Philippe-Mazzoni

 

MIKE LINDSAY

ISLANDE. Je lui dois mon album. J'y avais déjà été pour fusionner avec la nature, être enfin seul, et ma musique s'est entièrement développé là-bas. Je suis venu sans rien, et on m'a tout prêté sur place. Ce voyage a bouleversé mon existence, car depuis je m'y suis installé et j'y vis avec ma femme. La vraie histoire du disque, c'est celle de ma passion amoureuse.

CHEEK MOUNTAIN THIEF. Pour mes expériences solo, j'aurais pu garder mon nom, tout simplement. Mais je voulais garder cette notion de découverte, de défi. Cheek Mountain, c'est le nom de la montagne qui s'opposait à moi au début du travail sur le disque. J'avais peur de ne plus pouvoir faire quoi que ce soit du point de vue musical. Heureusement, j'ai eu tort!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:1HMBiHqyns06fRhLMYq6gP1

Read more: Cheek Mountain Thief

The Heavy

The Heavy3-Philipe-Mazzoni

 

KEVIN SWABY: The Glorious Dead ressemblait à un titre de film, ce qui nous a permis de plonger dans une musique de film. Il collait parfaitement avec notre amour des zombies. Evidemment, nous cultivons l'ambivalence car il n’y pas tant de gloire à être mort...

DAN TAYLOR: J’étais très content de ce que nous avions réalisé. À 95%. Le pire moment d'un disque, c'est juste avant sa sortie. 

KEVIN: Car c’est de ma vie dont on parle, et on en parle tellement vite! Mon sang, ma sueur. Et puis il y a tellement de musiques et de groupes autour de nous, c'est bien mais c'est presque trop.

DAN: Heureusement, nous vivons à Bath, et nous sommes à peu près tranquilles de ce point de vue là. Londres, c'était tentant mais nous nous sommes vite rend compte que nous étions embarqués à droite, à gauche... Que l'ébullition ne nous réussissait pas forcément.

KEVIN: Tu m'étonnes, il y en a assez comme ça dans notre musique!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:5MmMomspau1V5YpXjHYJRy1

Read more: The Heavy

Amanda Palmer

Amanda Palmer-Philippe-Mazzoni

 

THEATRE IS EVIL. J’espère qu’il ne tombera pas entre de mauvaises mains... Il fallait que je me libère de mon label et que je sacrifie cet album au profit d’autres projets. Tout en sachant qu’il serait bon et je ne voulais rien foutre en l’air. Je savais qu’il fallait attendre le bon moment. J’ai l’habitude de ne pas être mainstream, et j'espère bien que ça ne changera pas.

LA SÉRÉNITÉ. Je ne sais pas ce que c'est, je la recherche toujours. Mais j’évite aussi d’avoir peur, j'ai grandi avec trop d'angoisses aux trousses et maintenant, je suis heureuse de vieillir. J’aime tellement ce que je suis aujourd’hui.

L'ENGAGEMENT? Je lutte contre mon embourgeoisement, à faire du yoga et d’autres trucs dans le même genre. Cela me terrorise. Car je ne veux pas être sur un nuage. J’utilise le yoga pour qu’il me procure de la force et de l’énergie - pas pour me ramollir!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:27AO1nHsQpWHS8piq9kUES1

Read more: Amanda Palmer

The Fresh & Onlys

The Fresh  Onlys 2-Philippe-Mazzoni

 

 

TIM COHEN et SHAYDE SARTIN.

 

LONG SLOW DANCE.

TIM: Je suis au mieux de ma forme, ce n’est pas terrible pour les autres mais pour moi c’est le top. Nous sommes encore plus dur qu'avant dans l’autocritique mais nous restons très fier de ce que nous avons réalisé.

SHAYDE: Et Tim est toujours aussi prolifique. Il écrit même dans le métro! Ici, à Paris, tout l'inspire... Ca promet vite un autre album. 

TIM: C’est juste un processus comme un autre. Je ne prends pas de photo, je ne lis pas de journaux. Mais plus tu travailles, plus tu voyages et plus tu stimules ton inspiration.

SHAYDE: Tu n'es pas inspiré dans le confort.

TIM: Quand je suis dépressif, je ne peux pas écrire... Contrairement à beaucoup d’autres qui arrivent à puiser leur inspiration dans ces instants. J’essaie de rester joyeux et en écrivant.

PREMIERE RENCONTRE.

TIM: Il m’a détesté.

SHAYDE: Oui, je l’ai détesté. Car en le rencontrant, c'est facile d'avoir un a priori. Il parle peu et il est très direct. Tim et moi sommes à l’opposé ; je parle beaucoup et suis plutôt ouvert, lui est du genre fermé. Bref, j’ai pensé que c'était un connard. Et puis, vers mes 26 ans, j’ai vécu une sale rupture et il était là pour moi. Tous les jours. Depuis nous partageons beaucoup de choses.

THE FRESH & ONLYS

SHAYDE: Au début, nous avons essayé pas mal de musique expérimentale. Tim, lui, est dans la pop. Et nos copines de l'époque lui ont acheté une guitare vintage, et il s'est retrouvé à écrire des chansons, ambiance musique d’ascenseurs.

TIM: Et à un moment cela n’allait plus nulle part. Heureusement, les chansons sont venus avec quelques cordes et des accords, bâties sur la trame des morceaux pour ascenseurs. Aujourd'hui, nous sommes un groupe de rock'n'roll : le rock’n'roll rassemble tout entre David Bowie et Black Sabbath.

SHAYDE:  Nous avons appelé nos employeurs pour leur dire que nous arrêtions de bosser. Personne ne nous disait si c’était bon ou pas. Nous n’avions pas à nous justifier, c’était personnel. Peu importe l’opinion des autres. Et pourtant on avait 31 ans! Très vite, les gens ont réagi positivement. Et nous avons fait notre premier disque.

TIM: Nous ne sommes pas le genre du de groupe qui sera dans les charts pour être le produit du mois. Nous écouter, c’est comme un engagement, tu dois être imprégné et faire, quelque part, un effort pour venir nous écouter. Les choses ne sont pas évidentes au premier abord. Et tant mieux, non?


Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4KlLiCMNigk8OMlPnw3QNn1

Read more: The Fresh & Onlys

Calexico

Calexico 2-Philippe-Mazzoni

 

JOEY BURNS: Algiers est venu lentement, après un travail de longue haleine, des bandes originales comme celle du film sur Dylan, I'm Not There, qui nous a transportés. Nous avons eu de la chance, sur ce coup-là.

JOHN CONVERTINO: Oui, Algiers a pris du temps. Et c’était très bien qu’on le prenne ce temps. Nous devions passer par certaines expériences. Joey a eu ses jumeaux, moi j'ai appris beaucoup de ma femme qui bossait son doctorat... Après seulement, on a pu s’assoir et écrire. On est alors allés à Algiers, une petite ville en face de la Nouvelle Orléans. 

JOEY: Ce n’est pas un lieu touristique du tout, qui n'a pas été touché par la tornade. Il y a une rivière. C'est beau, plein d'inspirations...

JOHN: L'artwork de l'album, c'est encore un rapport avec la mer. J’ai grandi sur l’eau, à coté d’une falaise. En Arizona, l'organique nous définit à tout jamais.

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:0pZCQeDMr8tWXxRVmc6bM81

Read more: Calexico

Yeasayer

Yeasayer-Philippe-Mazzoni

 

ANAND WILDER, IRAWOLF TUTON & CHRIS KEATING.

FRAGRANT WORLD. Sur ce disque, nous avions beaucoup planché sur des démos, nous avions testé plein de sproducteurs, des mixeurs... Une vraie prise de tpête! Finalement, nous avons commencé l’enregistrement en studio à Brooklyn, en septembre 2011. Dan Carey est venu nous prêter main forte. Il est à la fois ouvert et expérimental, et nous a permis de...  de nous sublimer, si on peut dire!

LACHER-PRISE. Contrairement à ce que certaines personnes s'imaginent, il n'y a rien de très intime dans cet album, il s'agit plutôt de laisser-aller, de recherche d'un état un peu hypnotique. Mais nous ne voulons pas rester bloqués dans notre style, aussi trippé soit-il. Surtout pas.

YEASAYER. Nous sommes tous très proches. Nous avons déjà trois albums au compteur. Les gens nous disent que c’est beaucoup, mais nous savons que ce n'est pas vraiment le cas. Evidemment, nous nous disputons, ce qui est normal au sein d'un groupe, mais nous ne faisons rien pour éviter les discordes: ça peut être très productif, de s'engueuler!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:7oTNWm2KKm5F9ukwRgOjmM1

Read more: Yeasayer

Wax Tailor

Wax-Tailor-Philippe-Mazzoni

SI DUSTY RAINBOW FROM THE DARK ÉTAIT:

Une couleur:

Difficile de résumer un arc en ciel à une couleur! Au final, je dirais un rouge carmin, peut être parce qu'il contient à la fois la densité et la profondeur des couleurs sombres et l'éclat des couleurs éclatantes. La question s'est posée par rapport à l'illustration de la pochette, mais justement, comme c'est une allégorie, je voulais conserver de la distance avec la représentation habituelle. Je voulais juste que le rouge soit présent.

Une matière:

Là, c'est facile: la cire. C'est la base du récit, la matière noble par laquelle passe la musique. Je pense que le vinyl apporte à la musique un cérémonial qu'on perd avec le digital. Je ne suis pas passéiste et j'apprécie d'avoir des milliers d'albums dans ma poche mais ce n'est pas le même rapport au temps et à l'attention, écouter un vinyl c'est comme faire une jolie table avant de dîner...

Un événement historique:

Mai 1968, parce que cette période me fascine et que j'avais en note d'intention que mon récit se situeraiit dans cette fin des années 60. Ca reste pour moi un sujet d'étude à part entière de voir les corrélations entre l'évolution de la société et la musique dans cette période, avec le sentiment que l'un se nourrit de l'autre pour faire avancer les mentalités.

Un aliment:

Le chocolat. Aucune explication rationnelle si ce n'est que je suis complètement junkie! Et que sans chocolat, je n'aurai jamais fais ce disque ni aucun autre d'ailleurs; c'est la substance qui m'amène à la méditation transcendantale, pas besoin de LSD! 

Un manifeste politique:

Le terme est tellement galvaudé que je ne suis pas certain de savoir ce qu'il englobe exactement aujourd'hui. Mais pour rester dans la thématique je dirais (même si c'est plus un slogan qu'un programme): "Il est interdit d'interdire". C'est un peu simpliste vu de 2012, mais en 1968 dans la France de De Gaulle, ça avait certainement une autre teneur.

Une sensation:

L'évasion mentale, c'est tout le propos de ce disque. Pour moi, la musique est le meilleur véhicule. Elle possède cette force d'évocation qui nous permet de nous évader facilement, rapidement, simplement et de s'offrir une parenthèse dans le quotidien.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4FzxeJr3swoTs73mACefgn1

Read more: Wax Tailor

Get Well Soon

Get well soon-Philippe-Mazzoni

 

L'APOCALYPSE. C'est un album contre cette idée d'apocalypse que tout le monde attend en décembre. Contrairement aux apparences, je ne verse pas trop dans le mysticisme. Je comprends que l’on puisse être sceptique face à ces histoires de fin du monde. D'où ma chanson "Let Me Check My Maya Calandar". De toute façon, l'apocalypse n'est pas la fin du monde, il y aura aussi une période post apocalyptique, comme dans La Route.

TROISIEME ALBUM. Il y a toujours une certaine pression, mais je pense que l'ensemble des choses se simplifie quand même. On est plus rôdé, même s'il y a toujours ce challenge: faire quelque chose de différent tout en restant soi-même.

MUSIQUE CINEMATOGRAPHIQUE. C'était mon principal objectif. Je recherchais quelque chose d’unique et surréaliste, et cet album devait être plus coloré que le précédent. Plus étrange. Je me suis donc plongé dans des films bizarres, surtout de la série B italienne comme Dario Argento. The Scarlet Beast O' Seven Heads est avant tout de la musique de film imaginaire.

LA PEUR. J'ai toujours très peur au début d'un album. Le fait de ne pas savoir comment il sera accueilli, cela me terrorise. Je n'ai sans doute pas assez confiance en moi. Beaucoup de chansons évoquent ce sujet, le destin de l'artiste qui lui échappe. The Scarlet Beast O' Seven Heads est empreint de cette angoisse. J'aime écrire sur les sujets qui me font peur. C'est à la fois poétique et thérapeutique. Michael Haneke dit aussi qu’il est effrayé par la maladie, la mort, la dépendance. Tout ce dont il parle.

GET WELL SOON. J'aime toujours autant ce nom de scène. C'est ce qui me motive pour faire de la musique: aller mieux et rendre le monde meilleur. 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:0KwoTkFjEDblBrjcV5y2Cr1

Read more: Get Well Soon

Mai Lan

Mai-Lan-Philippe-Mazzoni

 

La première chanson écrite?

Je viens justement de retrouver un vieux cahier où il se pourrait bien qu'il y ait ma première chanson écrite. Il n'est pas daté mais je devais être vraiment petite, il y a 5 fautes à chaque mot. C'est fou parce que je me souviens encore de l'air, c'est une histoire de lapin que je n'ai pas le droit de garder...

 

Le premier instrument joué?

Le piano classique, comme certainement beaucoup de monde. J'ai eu la chance d'avoir une prof illuminée qui m'a fait vivre de vraies histoires d'amour avec les oeuvres que j'ai joué. Je suis particulièrement fan des Kinderszenen de Schuman.

 

La première fois sur scène?

Ma première fois était un peu spéciale, c'était chez Michel Drucker à Vivement Dimanche, invitée par Monica Bellucci. Il y avait une pression de dingue parce que 5 millions de personnes regardent l'émission. J'ai eu des nausées pendant un mois tellement j'avais peur. Je n'avais jamais chanté devant personne!

 

Le premier coup de foudre musical?

J'ai un souvenir vraiment très loin d'une boîte à musique qui jouait « Love Me Tender » d'Elvis. C'était une boîte transparente qui marchait à l’énergie solaire. Je me souviens avoir un jour longtemps médité sur cette boîte, dans un rayon de soleil. En regardant tourner le cylindre qui ralentissait, j'étais vraiment bouleversée par cette mélodie.

 

Le premier album - le pourquoi du comment?

Ce premier album arrive comme un bombe dans ma vie, j'ai l'impression que tout prend sens, que tout devient évident. Je prends un immense plaisir dans chaque étape du projet, je suis dans une excitation constante, c'est génial! C'est amusant parce que j'ai mis du temps à m'y mettre, je faisais plein d'autres choses avant, je tournais autour du pot, et finalement j'ai co-composé l'album avec Schumacher, mon ami d'enfance qui était là depuis le CP!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4UbjDtBEjWXS1M4joKq6Tg1

Read more: Mai Lan

Eugene McGuinness

Eugene Mc Guiness-Philippe-Mazzoni

 

MON INSPIRATION. J'ai toujours aimé écrire des chansons, essayer des thèmes différents. Ecrire sur ma vie, et sur celles des autres. Plus le temps passe, moins c'est difficile de me livrer via une chansons. 

MON PUBLIC. Je ne suis pas du genre à me contenter de mon propre travail, si les gens ne l'aiment pas, je suis malheureux. Je ne veux pas nécessairement qu'on le trouve génial, mais qu'on aime ma musique, qu'on ait un rapport affectif pour elle.

MON AMI. Miles Kane est l'un de mes proches, et a été mon meilleur soutien pendant que j'écrivais ce nouveau disques. Il n'a jamais été autre qu'encourageant. J'imagine que c'est ça, la définition de l'amitié.  

MON IDOLE. Malgré ma passion pour les Beatles et Dylan, je dirais Bowie. Il savait construire ses projets, il changeait d'une minute à l'autre, et n'a jamais cessé d'évoluer... C'est exceptionnel. Je suis triste comme les pierres qu'il soit à la retraite - même si je respecte le fait qu'il sache s'arrêter quand il sent que c'est le bon moment.

MON ALBUM. La musique, c'est du pur entertainment. Elle doit nous aider à rester vivants, et, mieux encore, à nous sentir vivants! The Invitation to the Voyage doit être un feeling good album, une nouvelle manière de savourer la vie pendant quelques minutes. 

MES COUPS DE COEUR. En ce moment, j'écoute beaucoup Bombay Bicycle Club et Alabama Shakes. Un certain sens du groove et une joie de vivre que j'affectionne particulièrement. Je ne suis pas fan d'artistes qui font gratuitement la gueule.

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:3T63IXH2c7XR1ghfi2eDXY1

Read more: Eugene McGuinness

ROCK EN SEINE 2012

PARC DE SAINT CLOUD, août 2012.

Cette année, il a fait beau à Rock en Seine, malgré les pires prévisions. Et ce n'est pas quelques petites gouttes qui ont gâché notre plaisir. De bien jolies performances, des artistes et des médias de bonne humeur (tout arrive!) et une verte un peu moins jaunie que ce que l'on aurait pu croire... Bandes Sonores s'est baladé entre les scènes et a fait quelques rencontres backstage. 

 

Rock en Seine-3a

BLOC PARTY, porté par l'extraordinaire énergie de l'un de nos grands chouchous, le performer en chef Kele Okereke, a enflammé la grande scène du vendredi soir. Leur nouvel album, Four, est à écouter au plus vite. 

Rock en Seine-2 

DARK DARK DARK, groupe de Minneapolis dont on vous reparlera très bientôt (leur troisième album paraîtra en octobre), a su insuffler son élégant éclectisme musical au Parc de Saint-Cloud. Délicatesse et, certes, un peu de tristesse étaient au programme...

Rock en Seine-5

L'une des plus jolies révélations de l'année, la jeune Canadienne Claire Boucher alias GRIMES, a fait sensation. A SUIVRE.

Rock en Seine-1a

Cette année, les zozos de DIONYSOS ont une fois encore confirmé sa réputation de bêtes de scène. Un grand big up à Mathias Malzieu, qui habite entièrement et totalement n'importe quelle scène, aussi grande soit-elle. 

Rock en Seine 2-1

Déjà un énorme succès en Islande, leur premier album album sort en octobre en France. Welcome to OF MONSTERS AND MEN, venus ici étrenner avec une joie non dissimulée leur joli folk orchestral. 

Rock en Seine 2-3

On y croit à mort chez Bandes Sonores! Aussi rétro que 2.1, ce tout jeune quatuor baptisé GRANVILLE va s'imposer comme une valeur sûre de la pop française dans quelques mois. En a témoigné son concert sur la scène de l'Industrie... 

Rock en Seine 2-5

Ambiance rock'n'roll US, ALBERTA CROSS a su remuer la scène de la Cascade à l'heure de l'apéro. Bravo les mecs!

Rock en Seine 2-6

THE BEWITCHED HANDS sortent leur excellent second album le 24 septembre. Fidèles à leurs habitudes, ils ont dynamisé le public avec une euphorie toute contagieuse, tandis que Noel Gallagher nous faisait revivre les plus belles heures d'Oasis... Dur de choisir ce soir-là, mais dans tous les cas nous étions gagnants!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

 spotify:user:gpsnail:playlist:57ZOOXDw0AY1R8a4bXWQUk2

Un grand merci à Ephélide! 

Read more: ROCK EN SEINE 2012

Friends

Friends-Philippe-Mazzoni

En concert le 26 août à Rock en Seine

SAMANTHA URBANI

FRIENDS. Il y a encore deux ans j’écrivais des chansons en secret, mais des amis les ont écouté un soir de confidence et non seulement m'ont encouragée mais ont aussi voulu faire quelque chose avec moi. Je suis resté une semaine dans leur appartement pendant que mon appart était dévasté par des sales petites bêtes (des punaises, ndlr), et on a commencé à répéter. Et puis on a fait des démos. Et puis un concert. Et puis un autre... Mais je n'ai pas vraiment d'ambition, à part enregistrer un second album. Ce qui serait déjà pas mal.

HUMOUR. C'est mon seul moyen de survivre. Sinon, ma vie ne serait qu'une immense tragédie. C'est très important pour moi. Beaucoup de gens trouvent que notre album est fun. Il est bien plus pour nous, mais bon... Je m'en contente pour l'instant!

AMITIÉ. Le sentiment de famille, c’est tellement précieux! Mais tes parents peuvent mourir, tes proches aussi. C'est important d’avoir mes amis avec qui partager ses impressions, ses sentiments... et son groupe !

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:1WRMl7htDYZPfTHJYwP6q61

Foster the People

Fosterthepeople-Mazzoni

En concert le 26 août à Rock en Seine

MARK FOSTER: Ce disque a été vu comme un passage. C’est vraiment qui doit marquer notre histoire: la vision de la torche représente l’éclairage du passé et du futur. C’est la lumière, c’est le feu - destructeur et créateur à la fois. Quand tu es en solo, tu dois porter sur tes épaules, tu es seul dans les bons et les mauvais moments. En groupe, tu partages. Et ça n'a été que du plaisir depuis le début... Mis à part notre bagarre d'hier soir.

MARK PONTIUS: Il était cinq heures du matin et il a voulu me piquer mon sandwich!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

 

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:5OSzFvFAYuRh93WDNCTLEz1

The Shins

The-Shins--Philippe-Mazzoni

En concert le 24 août à Rock en Seine

JAMES MERCER: Si des morceaux remontent à plusieurs années, j'ai construit cet album en mars 2011. Chaque chanson est une histoire a part entière. Certaines sont plus légères que d’autres, d'autres plus en profondeur. J'ai beaucoup pensé à l'un de mes amis, plongé en pleine dépression? J'espère que Port of Morrow lui remontera le moral! J'ai écrit à peu près partout: chez moi, dans l'avion, dans la rue, dans des jardins...

Pourquoi The Shins et pas un projet ouvertement solo? Parce que j’aime l’idée d'être entouré de musiciens, et puis je ne suis pas un grand fan des chanteurs solo. J’aime interagir avec un groupe. Lorsque tu t’assois, et écris une chanson seul, il n’y a rien de plus excitant que de montrer le fruit de ton travail à quelqu'un d’autre et de partager, l'enrichir... Je trouve ca génial.

Je sens que j’ai gagné beaucoup grâce à Broken Bells, mon projet avec Danger Mouse. J'ai du apprendre et m'adapter à de nouvelles manières de travailler. Cela me rendait très nerveux, la tournée était stressante, mais ça m'a définitivement sorti de ma coquille. J’ai pu aller au-delà de mes peurs. C’était une formidable expérience.

 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

 Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4ZTcGoOrNro2aCAStXEjZi1

Read more: The Shins