Dark Dark Dark

Dark Dark Dark-Philippe-Mazzoni

 

MARSHALL LACOUNT : Nous avons travaillé 8 heures par jour, car nous habitons dans différentes villes (Nouvelle Orléans, Chicago et Minneapoli), et autant optimiser un maximum notre temps passé ensemble!  Nous partageons une confiance mutuelle et nous connaissons nos sensibilités - même si elles sont parfois un peu trop à fleur de peau... Mais ça tombe bien, pour rester dans l'oreille de nos auditeurs, il faut créer un certain trouble...

NONA MARIE INVIE: Notre musique est au croisement de différents courants. Nous souhaitons l'honorer au maximum, en ne faisant aucun compromis tout en offrant le meilleur de nous-mêmes. Et si il y a de la souffrance, comme cela a été récemment le cas au sein du groupe pour des raisons toutes personnelles (sa rupture avec Marshall, ndlr), nous en faisons une chanson. Dans tous les cas, il faut garder le meilleur du pire.

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:09vRNX1prxFmLn9KF6QSMK1

Read more: Dark Dark Dark

Lescop

Lescop-Philippe-Mazzoni

 

NAISSANCE DE LESCOP. Tout simplement parce que j’avais des textes qui ne correspondaient à mon groupe, Asyl. Et je voulais travailler avec John depuis longtemps. Nous avons fini par trouver le temps, il y a trois ans. Et puis, après quinze ans de groupe, j’avais envie de faire autre chose. D’ailleurs, nous avons chacun des projets annexes...

JEUNE HOMME MODERNE ? Les années 80, c’est une époque que je n’ai pas vécue. Je suis évidemment très flatté d’être comparé à lui car c’est une référence pour moi, même si j’essaye de me soustraire à un maximum d’influences. Etienne Daho a fait des très belles chansons... Il n’y avait pas eu d’auteur-chanteur dans ce genre précis depuis, c’est peut-être pour cela que l’on nous compare tous les deux.

TEXTUEL. J’aime le théâtre, car c’est écrit pour être dit. J’aime la simplicité et la radicalité d’auteurs comme Mishima, Semprun, Carrère, Céline, Artaud. Pour mes chansons, je commence par le texte. Je n’aime pas les mots savants, les tournures de phrase compliquées, donc mes paroles possèdent déjà une démarche pop. D’ailleurs, s’ils se suffisaient à eux-mêmes, je n’aurais jamais cherché à chanter. Mes textes fonctionnent uniquement quand ils sont chantés.

INTENSITÉ. Mes chansons doivent avoir une notion de cruauté, d’érotisme et d’urgence. Sinon, cela ne sert à rien. Je suis contre les chansons inutiles. Je trouve ça triste d’aimer une chanson parce qu’elle détend, point. Il faut être transporté, avoir des frissons dans le dos... Cela ne signifie pas une violence obligatoire, mais une chanson doit être essentielle. Comme chez Springsteen, Bowie ou Lou Reed, dans des registres très différents.

LA NUIT. J’écris toujours le jour, mais je parle de ce qui me manque, donc c’est logique que j’écrive sur la nuit. La nuit nettoie un peu tout… surtout après une mauvaise journée. Il y a quelque chose de virginal, de prometteur. Les gens ne se parlent pas de la même manière ? La nuit est propice au mystère, à l’amour, aux sentiments délicats. Les forêts la nuit m’ont toujours terrifié, et c’est peut-être aussi pour cela que j’ai écrit "La Forêt". L’angoisse, c’est porteur.

FRENCH POP. Ce que je préfère défendre, c’est la fierté d’être ce que l’on est: moi, c’est d’être un chanteur français. Gainsbourg disait que la pop française ne devait pas être à la remorque des anglo-saxons, c’est très vrai. Pas besoin d’être nationaliste pour ça, mais il ne faut pas tricher. Des nouveaux artistes comme Mustang, Pendentif, Aline, La Femme assument ce qu’ils sont. Les Anglais ou les Américains adorent les artistes qui chantent en français, mais pas les Français ! Mais nous aussi on sait faire de la musique, nous aussi on sait écrire des textes. Il est temps de montrer ce qu’on est capable de faire.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:24LciaajHhX1Hn145fjmoZ1

Read more: Lescop

BB Brunes

BB-Brunes 2-Philippe-Mazzoni

 

ADRIEN GALLO, FÉLIX HEMMEN, KARIM RÉVEILLÉ, BÉRALD CRAMBES.

 

BB BRUNES. Le premier album, c'est comme si c'était hier. Nous sommes toujours aussi excités, c'est comme si nous n'étions jamais redescendu de notre petit nuage. Tout en restant zen car nous sommes bien entourés. Et le fait d'être un groupe, ça aide. La pression, ça se partage! Nous sommes comme dans une bulle tous les quatre.

 

LONG COURRIER. Cela retraçait bien tous les périples en avion d'Adrien, et chaque titre parle, à sa manière, du voyage. Nous nous serions ennuyés à rester sur le même créneau, à ne pas nous renouveler. Et la maison de disques nous aurait voulu!

 

COUPS ET BLESSURES.

La chanson montre que nous testons des sons plus électroniques, que l'album est dansant, que nous nous aventurons en dehors du garage. Nous écoutons aussi du Daho, du Metronomy, du Balavoine...

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:77oI3tk4Bq5p8AW5D4GVPF1

Read more: BB Brunes

Iggy & The Stooges

Iggy Pop-Philippe-Mazzoni

 

Peut-on être punk et vendre (même indirectement) de la bière? Oui, c'est possible quand Iggy et ses Stooges rencontrent le Pression Live de Kronenbourg... Sur la scène du Casino de Paris le 25 septembre dernier, le crooner a prouvé qu'il en avait encore dans le pantalon, avec force doigts d'honneur, "fuck" humides et slam intempestifs. Que l'on se rassure, roadies et bodyguards étaient eux aussi de la partie. Les pogos sont parfaitement encadrés, de nos jours... 

Si les Stooges ont pris un coup dans l'aile, Iggy se porte comme un charme et peut encore se permettre de jouer à l'Iguane torse nu et chevelure blonde au vent. Sa voix, elle, n'a pas changé. Et c'est ce qui compte le plus, avec son talent de mener de foules comme on n'en voit plus aujourd'hui. The Passenger en a sous le capot, et "No Fun" résonne encore dans nos oreilles. Iggy est certes devenu une icône publicitaire, mais reste encore (sur scène du moins, on oubliera ses récents  albums studio), une valeur sûre du rock'n'roll.

 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:6yeRNReXIDw5VRSkLfy80z1

Read more: Iggy & The Stooges

Boy

Boy-Philippe-Mazzoni

 

NOTRE RENCONTRE. C'était il y a sept ans à Hambourg, à des ateliers de musique - c'était un peu comme des rendez-vous de speed dating, question de se rencontrer et de savoir si il y avait un truc qui fonctionnait entre nous afin de monter un groupe. Et c'était le cas! Ce qui est intéressant, c'est que notre amitié a grandi au même rythme que notre affinité artistique.

NOTRE DUO. Au début, nous pensions faire un groupe... et puis nousa vons réalisé qu’à deux, c’était génial. Mais les arrangements instrumentaux sont de l'ordre du travail collectif. Un groupe, c'est trop cher et compliqué. Alors nous avons revy à la baisse nos prétentions pour être plus acoustiques. Et tant mieux! Nous avons aussi des batteurs qui nous accompagnent, ça nous change.

NOTRE MUSIQUE. Elle est liée  la manière dont nous envisageons la vie. Les choses arrivent, et nous devons y faire face, au fur et à mesure... Nous voulions êtes des espèces de confidentes, mais sans faire un album mielleux.

NOS DEBUTS. Cela n’a pas toujours été facile. Surtout lorsqu’on débute seules... Mais finalement, ça valait le coup d'y croire. Et à deux, c'est plus facile. Tu as quelqu’un qui souffre avec toi, et avec qui tu peux partager et qui te donne aussi deux fois plus de force!

 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:2VyjlDS3eanDoROZDcddU71

Read more: Boy

Breton

Breton-Philippe-Mazzoni

Ce soir 27 septembre 2012en concert à La Gaite Lyrique

ROMAN KAPPAK: 

NAISSANCE DE BRETON. J’étudiai le cinéma et je faisais du sound design. Avec Adam, on a fait des films et on a essayé de les présenter à des festivals... Mais c’est compliqué, il y a toujours des contraintes de format. On avait des copains qui jouaient dans des groupes, et c’était simple pour eux car, une fois la chanson finie, il la présentait devant un public alors que nous, nous devions toujours attendre au moins deux mois. On s’est dit que si on jouait le son en live avec les films, cela pourrait être intéressant. Après des mois où on a commencé à se faire connaître, on a réalisé que c'était joli qu'en live, et non pas sur disque. On a commencé à travailler le coté tangible de la musique. Breton est en équilibre entre le spectacle et le Mp3. Le vinyle nous a beaucoup apporté. Mais chaque enregistrement est différent, et tant mieux. Plus c'est le chaos, plus c'est authentique.

ANDRE BRETON.  Ce qui m’intéresse de ce mouvement surréaliste, c’est qu’il essayait de se détacher des rituels. Ca évite de tomber dans le piège de la reproduction, en musique surtout. Car toutes les plus belles chansons ont déjà été écrites... Alors on cherche à déstructurer les éléments, afin de ne pas offrir la même chose que, par exemple, un mec au fin fond de la Norbège qui bidouille sur son ordinateur. A défaut d’inventer, on veut au moins explorer. Nos chansons sont les conclusions d’un déraillage. Peu importe le début, c’est le résultat qui compte, quelque soit le chemin emprunté.

OTHER PEOPLE'S PRBLEMS. Andy Warhol va voir un psychiatre et celui-ci oublie de le rappeler. À cette époque Warhol, achète sa première télévison, juste pour voir s’il a des problèmes lui-même.  En l'allumant, il constate les problèmes des autres et oublie les siens...

CINÉMA. J’aime beaucoup Hitchcock, non seulement parce que c'était un génie mais aussi parce que c’est tellement cliché. Il a la réputation d'un réalisateur intellectuel, mais ce n'était absolument pas son objectif. C’est comme si dans quelque années on parlait des Spielberg comme si c’était un cinéma d'auteur. 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:2YwnKWFqUzbKeY8qLxiOc71

The Bewitched Hands

The Bewitched Hands-Philippe-Mazzoni

  

Vampiric Way s'est enregistré en trois mois, contrairement au premier où nous avions mis... trois ans! Nous avons hâte de le voir sortir... Le visue sombre et coloré à la fois, c'est parce que nous aimons ce côté psychédélique, bizarre, voire mystique. Pour la fabrication de l'album, rien n'a changé: chacun ramène ses morceaux, et puis tout se met en place. Mais cette fois-ci, nous avons travaillé avec Julien Delfaud, il nous a beaucoup aidé, et nous a permis d'accélérer un peu le rythme de l'enregistrement, qui s'est fait dans la bonne humeur. Les morceaux sont comme un coup de frais pour nous, nous sommes ravis de les jouer et nous espérons qu'ils vivent plusieurs vies!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:2WUzxwiCjZSJwIQ6g57unn1

Read more: The Bewitched Hands

Cheek Mountain Thief

Cheek mountain thief-Philippe-Mazzoni

 

MIKE LINDSAY

ISLANDE. Je lui dois mon album. J'y avais déjà été pour fusionner avec la nature, être enfin seul, et ma musique s'est entièrement développé là-bas. Je suis venu sans rien, et on m'a tout prêté sur place. Ce voyage a bouleversé mon existence, car depuis je m'y suis installé et j'y vis avec ma femme. La vraie histoire du disque, c'est celle de ma passion amoureuse.

CHEEK MOUNTAIN THIEF. Pour mes expériences solo, j'aurais pu garder mon nom, tout simplement. Mais je voulais garder cette notion de découverte, de défi. Cheek Mountain, c'est le nom de la montagne qui s'opposait à moi au début du travail sur le disque. J'avais peur de ne plus pouvoir faire quoi que ce soit du point de vue musical. Heureusement, j'ai eu tort!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:1HMBiHqyns06fRhLMYq6gP1

Read more: Cheek Mountain Thief

The Heavy

The Heavy3-Philipe-Mazzoni

 

KEVIN SWABY: The Glorious Dead ressemblait à un titre de film, ce qui nous a permis de plonger dans une musique de film. Il collait parfaitement avec notre amour des zombies. Evidemment, nous cultivons l'ambivalence car il n’y pas tant de gloire à être mort...

DAN TAYLOR: J’étais très content de ce que nous avions réalisé. À 95%. Le pire moment d'un disque, c'est juste avant sa sortie. 

KEVIN: Car c’est de ma vie dont on parle, et on en parle tellement vite! Mon sang, ma sueur. Et puis il y a tellement de musiques et de groupes autour de nous, c'est bien mais c'est presque trop.

DAN: Heureusement, nous vivons à Bath, et nous sommes à peu près tranquilles de ce point de vue là. Londres, c'était tentant mais nous nous sommes vite rend compte que nous étions embarqués à droite, à gauche... Que l'ébullition ne nous réussissait pas forcément.

KEVIN: Tu m'étonnes, il y en a assez comme ça dans notre musique!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:5MmMomspau1V5YpXjHYJRy1

Read more: The Heavy

Amanda Palmer

Amanda Palmer-Philippe-Mazzoni

 

THEATRE IS EVIL. J’espère qu’il ne tombera pas entre de mauvaises mains... Il fallait que je me libère de mon label et que je sacrifie cet album au profit d’autres projets. Tout en sachant qu’il serait bon et je ne voulais rien foutre en l’air. Je savais qu’il fallait attendre le bon moment. J’ai l’habitude de ne pas être mainstream, et j'espère bien que ça ne changera pas.

LA SÉRÉNITÉ. Je ne sais pas ce que c'est, je la recherche toujours. Mais j’évite aussi d’avoir peur, j'ai grandi avec trop d'angoisses aux trousses et maintenant, je suis heureuse de vieillir. J’aime tellement ce que je suis aujourd’hui.

L'ENGAGEMENT? Je lutte contre mon embourgeoisement, à faire du yoga et d’autres trucs dans le même genre. Cela me terrorise. Car je ne veux pas être sur un nuage. J’utilise le yoga pour qu’il me procure de la force et de l’énergie - pas pour me ramollir!

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:27AO1nHsQpWHS8piq9kUES1

Read more: Amanda Palmer

The Fresh & Onlys

The Fresh  Onlys 2-Philippe-Mazzoni

 

 

TIM COHEN et SHAYDE SARTIN.

 

LONG SLOW DANCE.

TIM: Je suis au mieux de ma forme, ce n’est pas terrible pour les autres mais pour moi c’est le top. Nous sommes encore plus dur qu'avant dans l’autocritique mais nous restons très fier de ce que nous avons réalisé.

SHAYDE: Et Tim est toujours aussi prolifique. Il écrit même dans le métro! Ici, à Paris, tout l'inspire... Ca promet vite un autre album. 

TIM: C’est juste un processus comme un autre. Je ne prends pas de photo, je ne lis pas de journaux. Mais plus tu travailles, plus tu voyages et plus tu stimules ton inspiration.

SHAYDE: Tu n'es pas inspiré dans le confort.

TIM: Quand je suis dépressif, je ne peux pas écrire... Contrairement à beaucoup d’autres qui arrivent à puiser leur inspiration dans ces instants. J’essaie de rester joyeux et en écrivant.

PREMIERE RENCONTRE.

TIM: Il m’a détesté.

SHAYDE: Oui, je l’ai détesté. Car en le rencontrant, c'est facile d'avoir un a priori. Il parle peu et il est très direct. Tim et moi sommes à l’opposé ; je parle beaucoup et suis plutôt ouvert, lui est du genre fermé. Bref, j’ai pensé que c'était un connard. Et puis, vers mes 26 ans, j’ai vécu une sale rupture et il était là pour moi. Tous les jours. Depuis nous partageons beaucoup de choses.

THE FRESH & ONLYS

SHAYDE: Au début, nous avons essayé pas mal de musique expérimentale. Tim, lui, est dans la pop. Et nos copines de l'époque lui ont acheté une guitare vintage, et il s'est retrouvé à écrire des chansons, ambiance musique d’ascenseurs.

TIM: Et à un moment cela n’allait plus nulle part. Heureusement, les chansons sont venus avec quelques cordes et des accords, bâties sur la trame des morceaux pour ascenseurs. Aujourd'hui, nous sommes un groupe de rock'n'roll : le rock’n'roll rassemble tout entre David Bowie et Black Sabbath.

SHAYDE:  Nous avons appelé nos employeurs pour leur dire que nous arrêtions de bosser. Personne ne nous disait si c’était bon ou pas. Nous n’avions pas à nous justifier, c’était personnel. Peu importe l’opinion des autres. Et pourtant on avait 31 ans! Très vite, les gens ont réagi positivement. Et nous avons fait notre premier disque.

TIM: Nous ne sommes pas le genre du de groupe qui sera dans les charts pour être le produit du mois. Nous écouter, c’est comme un engagement, tu dois être imprégné et faire, quelque part, un effort pour venir nous écouter. Les choses ne sont pas évidentes au premier abord. Et tant mieux, non?


Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4KlLiCMNigk8OMlPnw3QNn1

Read more: The Fresh & Onlys

Calexico

Calexico 2-Philippe-Mazzoni

 

JOEY BURNS: Algiers est venu lentement, après un travail de longue haleine, des bandes originales comme celle du film sur Dylan, I'm Not There, qui nous a transportés. Nous avons eu de la chance, sur ce coup-là.

JOHN CONVERTINO: Oui, Algiers a pris du temps. Et c’était très bien qu’on le prenne ce temps. Nous devions passer par certaines expériences. Joey a eu ses jumeaux, moi j'ai appris beaucoup de ma femme qui bossait son doctorat... Après seulement, on a pu s’assoir et écrire. On est alors allés à Algiers, une petite ville en face de la Nouvelle Orléans. 

JOEY: Ce n’est pas un lieu touristique du tout, qui n'a pas été touché par la tornade. Il y a une rivière. C'est beau, plein d'inspirations...

JOHN: L'artwork de l'album, c'est encore un rapport avec la mer. J’ai grandi sur l’eau, à coté d’une falaise. En Arizona, l'organique nous définit à tout jamais.

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:0pZCQeDMr8tWXxRVmc6bM81

Read more: Calexico

Yeasayer

Yeasayer-Philippe-Mazzoni

 

ANAND WILDER, IRAWOLF TUTON & CHRIS KEATING.

FRAGRANT WORLD. Sur ce disque, nous avions beaucoup planché sur des démos, nous avions testé plein de sproducteurs, des mixeurs... Une vraie prise de tpête! Finalement, nous avons commencé l’enregistrement en studio à Brooklyn, en septembre 2011. Dan Carey est venu nous prêter main forte. Il est à la fois ouvert et expérimental, et nous a permis de...  de nous sublimer, si on peut dire!

LACHER-PRISE. Contrairement à ce que certaines personnes s'imaginent, il n'y a rien de très intime dans cet album, il s'agit plutôt de laisser-aller, de recherche d'un état un peu hypnotique. Mais nous ne voulons pas rester bloqués dans notre style, aussi trippé soit-il. Surtout pas.

YEASAYER. Nous sommes tous très proches. Nous avons déjà trois albums au compteur. Les gens nous disent que c’est beaucoup, mais nous savons que ce n'est pas vraiment le cas. Evidemment, nous nous disputons, ce qui est normal au sein d'un groupe, mais nous ne faisons rien pour éviter les discordes: ça peut être très productif, de s'engueuler!

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:7oTNWm2KKm5F9ukwRgOjmM1

Read more: Yeasayer

Wax Tailor

Wax-Tailor-Philippe-Mazzoni

SI DUSTY RAINBOW FROM THE DARK ÉTAIT:

Une couleur:

Difficile de résumer un arc en ciel à une couleur! Au final, je dirais un rouge carmin, peut être parce qu'il contient à la fois la densité et la profondeur des couleurs sombres et l'éclat des couleurs éclatantes. La question s'est posée par rapport à l'illustration de la pochette, mais justement, comme c'est une allégorie, je voulais conserver de la distance avec la représentation habituelle. Je voulais juste que le rouge soit présent.

Une matière:

Là, c'est facile: la cire. C'est la base du récit, la matière noble par laquelle passe la musique. Je pense que le vinyl apporte à la musique un cérémonial qu'on perd avec le digital. Je ne suis pas passéiste et j'apprécie d'avoir des milliers d'albums dans ma poche mais ce n'est pas le même rapport au temps et à l'attention, écouter un vinyl c'est comme faire une jolie table avant de dîner...

Un événement historique:

Mai 1968, parce que cette période me fascine et que j'avais en note d'intention que mon récit se situeraiit dans cette fin des années 60. Ca reste pour moi un sujet d'étude à part entière de voir les corrélations entre l'évolution de la société et la musique dans cette période, avec le sentiment que l'un se nourrit de l'autre pour faire avancer les mentalités.

Un aliment:

Le chocolat. Aucune explication rationnelle si ce n'est que je suis complètement junkie! Et que sans chocolat, je n'aurai jamais fais ce disque ni aucun autre d'ailleurs; c'est la substance qui m'amène à la méditation transcendantale, pas besoin de LSD! 

Un manifeste politique:

Le terme est tellement galvaudé que je ne suis pas certain de savoir ce qu'il englobe exactement aujourd'hui. Mais pour rester dans la thématique je dirais (même si c'est plus un slogan qu'un programme): "Il est interdit d'interdire". C'est un peu simpliste vu de 2012, mais en 1968 dans la France de De Gaulle, ça avait certainement une autre teneur.

Une sensation:

L'évasion mentale, c'est tout le propos de ce disque. Pour moi, la musique est le meilleur véhicule. Elle possède cette force d'évocation qui nous permet de nous évader facilement, rapidement, simplement et de s'offrir une parenthèse dans le quotidien.

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni


Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:4FzxeJr3swoTs73mACefgn1

Read more: Wax Tailor

Get Well Soon

Get well soon-Philippe-Mazzoni

 

L'APOCALYPSE. C'est un album contre cette idée d'apocalypse que tout le monde attend en décembre. Contrairement aux apparences, je ne verse pas trop dans le mysticisme. Je comprends que l’on puisse être sceptique face à ces histoires de fin du monde. D'où ma chanson "Let Me Check My Maya Calandar". De toute façon, l'apocalypse n'est pas la fin du monde, il y aura aussi une période post apocalyptique, comme dans La Route.

TROISIEME ALBUM. Il y a toujours une certaine pression, mais je pense que l'ensemble des choses se simplifie quand même. On est plus rôdé, même s'il y a toujours ce challenge: faire quelque chose de différent tout en restant soi-même.

MUSIQUE CINEMATOGRAPHIQUE. C'était mon principal objectif. Je recherchais quelque chose d’unique et surréaliste, et cet album devait être plus coloré que le précédent. Plus étrange. Je me suis donc plongé dans des films bizarres, surtout de la série B italienne comme Dario Argento. The Scarlet Beast O' Seven Heads est avant tout de la musique de film imaginaire.

LA PEUR. J'ai toujours très peur au début d'un album. Le fait de ne pas savoir comment il sera accueilli, cela me terrorise. Je n'ai sans doute pas assez confiance en moi. Beaucoup de chansons évoquent ce sujet, le destin de l'artiste qui lui échappe. The Scarlet Beast O' Seven Heads est empreint de cette angoisse. J'aime écrire sur les sujets qui me font peur. C'est à la fois poétique et thérapeutique. Michael Haneke dit aussi qu’il est effrayé par la maladie, la mort, la dépendance. Tout ce dont il parle.

GET WELL SOON. J'aime toujours autant ce nom de scène. C'est ce qui me motive pour faire de la musique: aller mieux et rendre le monde meilleur. 

 

Texte: Sophie Rosemont Photo: Philippe Mazzoni

Retrouvez l'artiste sur son espace et Spotifyspotify:album:0KwoTkFjEDblBrjcV5y2Cr1

Read more: Get Well Soon